All alone

03 juin 2006

ola

Bonjour,bonhomme

J'ai choisi la police Verdana. C'est certainment par déformation professionnelle... mais je l'aime bien.
Pourquoi je fais ça. C'est ridicule ces putains de blog, et puis, c'est pas comme si j'étais du genre à m'afficher. Je pense que je fais ça pour me forcer à écrire,et à réfléchir,surtout à structurer et embellirmes pensées... Par écrit, sur un cahier, c'est relou, ça va plus vite de taper. Mais si j'enregistre sur mon PC, dès que quelqu'un l'utilisera, il pourra accéd
er, alors que là... il y a très peu de chancespour que quelqu'un que je connaisse vienne, except si je lui file l'adresse.


Cool, onpeut écrireen justifié. J'aime bien quand c'est aligné!

Bon.. Je vas essayer un peu d'avacer mes exos de fisca et je reviens tchatcher ici... sauf si je mate un film... actuellement, j'ai lechoix entre Ice Age et X men 2.... pas follichon...


Posté par lightytoulitouli à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juillet 2006

blues du 17 juillet

C'est marrant ça... Je ne peux pas aller sur le site d'ATTAC, ou sur des sites de sociologie, mais par contre le serveur de mon taf m'autorise à faire mon blog...

Donc j'ai le blues, c'est le titre.. J'ai super sommeil et je dois avouer que j'ai passé un week end de marde. A vrai dire, j'ai tellement anticipé ce moment qu'il est arrivé en 10 fois pire...

Je précise pas ce que c'est on sait jamais au cas où la personne concernée n'aurait rien d'autre à faire que de me pister...

Bref, une nuit horrible qui aura du mal à se faire oublier... Je n'ai pas oublié et je suis morte de stress, je me demande ce que je dois faire...

Bref, j'aurais quand même appris quelque chose:

- que je suis tarée.

- qu'il y a malgré tout des gens adorables et je tiens à remercier Shirley qui est loin d'être une dingue!

Bref, j'aurai certainement à changer dans les semaines à venir pour ne pas que ça se reproduise...

Posté par lightytoulitouli à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aux chiottes Houellebecq!

Garcia Sandrine
Université de Paris IX Dauphine

La définition médiatique de "l'auteur qui dérange"

Parce qu'ils s'attribuent un rôle essentiel dans la définition de la figure de la subversion intelectuelle, les médias jouent aujourd'hui un rôle décisif dans l'imposition des figures autorisées à subvertir l'ordre établi. Ils contribuent à la construction du succès littéraire ou/et politique d'auteur-e-s dont les prétentions "révolutionnaires" se fondent sur l'affirmation d'une liberté sexuelle. Désignés comme des "auteurs qui dérangent", ces auteurs ont pour caractéristique de définir une utopie sociale qui consiste à étendre le principe de l'économie de marché aux échanges sexuels pour instaurer l'accès -marchand ou non- de tous aux "biens" ou aux "services sexuels". On prendra quelques figures privilégiés de "l'auteur qui dérange" pour défendre l'hypothèse que ces auteurs présentent l'avantage essentiel, du point de vue médiatique (et de leur propre point de vue) de rabattre l'ordre politique sur l'ordre moral et donc la transgression politique sur la transgresser morale, ce qui leur permet de cumuler les profits attachés à la subversivité et au conformisme social et politique, Ph. Sollers étant en quelque sorte un pionnier de cette position. Pour cela, nous nous intéresserons à la manière dont ils sont désignés et présentés par les médias, ainsi qu'au contenu de leur "révolte", mis en relation avec leur trajectoire intellectuelle.

Posté par lightytoulitouli à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La haine en chanson


Etre arrogant et prétentieux
En plus d'être ignorant
Un jour ton masque tombera bas
Trop cupide
Ce que tu dis est dangereux
En plus d'être stupide
Comme ton idéologie
Fanatique

Donc je déteste ce que tu es
Je déteste ce que tu fais
Je déteste ce que tu es
Je déteste ce que tu fais

Comme une si jolie poupée
Tu es manipulé
Tout pour toi n'es qu'éphémère
Tu n'es qu'un play-back
J'ai prôné la tolérance mais
J'avoue en te voyant
J'ai violé cette douce parole
J'ai trahi

Posté par lightytoulitouli à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

promesse

I will never bother you
I will never promise to
I will never follow you
i will never bother you

Never speak a word again
I will crawl away for good

I will move away from here
You wont be afraid of fear
No thought was put in to this
I always knew it would come to this

Things have never been so swell
I have never failed to feel
Pain {x3}

You Know You're Right {x3}

I'm so warm and calm inside
I no longer have to hide
Let's talk about someone else
Steaming soup against her mouth
Nothing really bothers her
She just wants to love herself

I will move away from here
You wont be afraid of fear
No thought was put into this
I always knew to come like this

Things have never been so swell
I have never failed to feel
Pain {x5}

You know You're Right {x17}

Pain

Posté par lightytoulitouli à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 juillet 2006

SEPT

SEPT - PLEYMO

Livrés à eux même depuis le baptême en peine
Désoeuvrés, tous blindés de problèmes
Des gosses des rues arpentent lasphalte
Sous la chaleur moite dun ciel cobalt
Soudain SOUS LE PORCHE D'UN immeuble ils ont vu
Des uniformes A képi en planque à laffût
A corps perdu les mômes sonnent lalarme
Le coup denvoi dun sombre drame
A L'HEURE OU BROOKLYN EST CALME
SEPT HOMMES ONT RENDUS LEURS ÂMES


Dans tous les blocs tout est permis, pas une âme qui vive en paix
Remets ton colt reprends ta partie connais la loi du plus fort
..

Bien trop jeune pour assumer les torts
LA VIE REPREND SON COURT comme si de rien nétait
LEtat laisse courir CES BAMBINS L'ARME au corps
Loncle Sam aurait de quoi sen faire
Soudain SOUS LE PORCHE D'UN immeuble ils ont vu
Dinnocentes demoiselles PERDUS dans la rue
A corps perdu les mômes sonnent lalarme
Le coup denvoi dun sombre drame

A L'HEURE OU BROOKLYN EST CALME

Sept femmes ONT versÉ 300 larmes
Dans tous les blocs tout est permis, pas une âme qui vive en paix
Remets ton colt reprends ta partie connais la loi du plus fort
.
QUELLE BELLE matières pour faire quelques vers à la page des faits divers
Au sommet du monde les enfants font la ronde autour des balles qui grondent

..
Sept mômes dont la vie se fanent
Dans tous les blocs tout est permis, pas une âme qui vive en paix
Remets ton colt reprends ta partie connais la loi du plus fort
Dans tous les blocs tout est permis, pas une âme qui vive en paix
Remets ton colt reprends ta partie connais la loi du plus fort

Posté par lightytoulitouli à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES ROUGON MAQUARD - ma saga de l'été

Séduite par plusieurs des livres de ce cher Emile Zola, j'ai décidé que se faire la totale, c'était quand même mieux pour comprendre la logique des personnages...

Alors voilà comment je vais occuper mes longs trajets cette été...

LA FORTUNE DES ROUGONS

Alors franchement, ce roman est chiant. Il ne se passe rien, et on dirait que Zola l'a écrit exprès pour qu'on s'ennuie. Je pense pourtant qu'il est essentiel de le lire car la majorité des personnages y sont présentés, et qu'il est super intéressant de voir leur évolution et de connaître leur passé... Bref, la vraie saga de chez saga quoi.

Sinon, ben c'est la présentation de la dynastie des ROUGON MAQUARD, qui ne fait pas des choses très jolies jolies...

Au programme: des rêves d'argent, de pouvoir, de vengeance et j'en passe, L'affrontement entre monarchie et république (le fond de l'histoire), de l'amour (un peu quand même) et des actes très très moches!

Ce roman, premier de la série ne m'a pas marqué, excepté un paragraphe sur la fin que j'ai trouvé magnifique:

"Ils s'embrassèrent encore, ils s'endormirent. Et, au plafond, la tache de lumière s'arrondissait comme un oeil terrifié, ouvert et fixé longuement sur le sommeil de ces bourgeois blêmes, suant le crime dans les draps, et qui voyaient en rêve tomber dans leur chambre une pluie de sang, dont les gouttes larges se changeaient en pièces d'or sur le carreau".

Posté par lightytoulitouli à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2006

LES ROUGON MAQUARD - ma saga de l'été

La suite...

LA CUREE

Ce tome est vachement mieux que le premier... Déjà, ça se passe à Paris, le Paris qui se transforme, avec ses avenues qui se creusent, les batiments, etc.

L'histoire: on retrouve Aristide Rougon, échappé de Plassans, qui vient à paris afin de profiter de la situation de son frère (ministre). Comme toujours chez les rougons, c'est l'argent qui compte, et le livre présente les machineries de Rougon (devenu Saccard) pour se faire un max! Cependant, comme souvent chez Zola, l'argent, les machinations constituent le fond.... Le principal dans ce livre, c'est aussi l'amour... Je ne dévoile pas, mais, comme on le retrouvera dans d'autres, au programme: amants, maîtresses, passions cachées, belles robes, drames...

Pas mal donc, mais quand même bien au dessous de ceux que j'ai déjà pu lire.

Posté par lightytoulitouli à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 août 2006

LES ROUGON MAQUARD - ma saga de l'été

LE VENTRE DE PARIS

Ce tome est naze de chez naze... insignifiant.
J'ai l'impression qu'Emile Zola se complait à décrire Paris, et plus précisément le quartier des halles.
A mon avis, dans son amour de la capitale, il a du ressentir énormément de choses au sein de ce quartier.

Le titre est bien trouvé. Ce marché, ces "Halles", devait vraiment ressembler à un ventre géant. Centre de la ville, organe vital, c'est aux halles que tout le monde se mêle.

Cependant, dans cette nécessité qu'a eue zola de situer un de ses romans dans les Halles, le reste laisse à désirer. l'intrigue n'est pas à la hauteur, ni même le style.

Je ne me souviens plus où est le descendant Rougon dans l'histoire... c'est pour dire...

Posté par lightytoulitouli à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2006

Suit-Pee!!!

System Of A Down  
Suite-pee

    


I had an out of body experience
The other day
Her name was Jesus
And for her everyone cried
Everyone cried, everyone cried

{Refrain:}
Try her philosophy
Try her philosophy
Try her philosophy, try
You die for her philosophy
Die for her philosophy
Die her philosphy die

Crossed and terrored
Ravages of architecture
Lend me thy blades
We're crossed and terrored
Ravages of architecture
Hoist around the spade

{au Refrain}

Die...die...die...why...

Lie naked on the floor
And let the messiah go through our souls
Lie naked on the floor
And let the messiah go all through our souls

Die, like a mother fucker {x3}
Why, like a mother fucker
I want to fuck my way to the garden
'Cause everyone needs a mother, fucker

The following of a christ {x4}
The falling of christ {x4}

Posté par lightytoulitouli à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]